entrée
BLOG COUSIN PASCAL

Celui qui perçoit l'univers comme un amas d'écume en plein océan ambrosiaque de la Conscience,
c'est lui, en vérité, l'unique Siva.

Ksemaraja









DZOGCHEN (atiyoga)


Longchen Rabjam :
« L'atiyoga affirme que l'Esprit-clarté (Sems-Nyid), la sphère de la pureté naturelle, réside primordialement en tant que grand accomplissement spontané auto-résidant. Cette immuable sagesse intrinsèque apparaissant d'elle-même est la base. »

Gyurmed Tshewang Chogtrub :
« La grande perfection naturelle (Rang-bZhin rDzogs-Pa Ch'en-Po) est l'Esprit (Sems-Nyid) dépourvu d'esprit (Sems). C'est la conscience intrinsèque apparaissant d'elle-même et la clarté intérieure. En cela, toutes les vertus de la nature sont présentes spontanément. Elle ne s'appuie sur aucune cause et effet de créateur et création, ni sur toute autre condition, puisqu'elle est naturellement libérée.

Tantra de Kunched Gyalpo :
« Les bouddhas et les êtres, et les existants phénoménaux du monde et des êtres sont apparus de la nature de l'esprit (l'esprit illuminé), le créateur universel (le Seigneur). Quiconque les conceptualise autrement n'a pas l'opportunité de me rencontrer, le créateur universel. »


La base (gZhi) : l'essence (Ngo-Bo) primordialement pure (Ka-Dag)

La pureté primordiale de la base originelle transcende les extrêmes d'existence et de non-existence, c'est la grande transcendance des objets de conception et d'expression.

Comment les apparitions de la base (gZhi-sNang) surgissent

Après avoir brisé l'enveloppe (rGya) du corps du vase de jouvence, la base primordiale de la sphère interne ultime originalement pure, par le flux (gYos-Pas) de l'énergie-vent de la sagesse primordiale, les apparitions spontanées de la conscience intrinsèque rayonnent ('Phags) de la base sous l'aspect de huit portes spontanément accomplies (Lhun-Grub Kyi sGo-bGyad). Comme tout (nirvana et samsara) surgit spontanément des apparitions des huit portes spontanément accomplies, on appelle cela le grand surgissement simultané des apparences du samsara et du nirvana. Quand elles surgissent spontanément de la clarté intérieure (Nang-sSal) sous l'aspect de clarté extérieure (Phyi-gSal), les apparitions en leur essence (Ngo-Bo) sont la clarté intrinsèque, espace non obstrué, les apparitions de leur nature (Rang-bZhin) sont le rayonnement (gDangs) originel sous l'aspect des cinq lumières, et les apparitions de la compassion (Thugs-rJe) sont l'aspect consistant à offrir l'espace semblable au ciel sans nuage. Il s'agit là du surgissement des apparitions de la base à partir de la base. Quand les apparitions de la base surgissent, les existants phénoménaux surgissent en tant que lumières et corps de bouddha. Cela s'appelle les apparitions de toutes choses en tant que champ de bouddha spontanément accompli (Lhun-Grub Kyi Zhing-sNang). De l'énergie de l'essence de ce champ surgissent les apparitions du Sambhogakaya, de l'énergie de leurs qualités surgissent les apparitions du Svabhanirmanakaya et de leur énergie de compassion surgissent les aspects de la porte du samsara, analogue aux rêves.


Libération en tant que bouddha primordial

Au moment précis du surgissement de la conscience intrinsèque de la base, les huit apparitions spontanées de la base apparaissent naturellement. A ce moment en n'appréhendant pas ces apparitions comme autres et en les réalisant comme rayonnement naturel (gDangs) avec un esprit pur (gZu-Bo'i Blos), les mouvements ('Gyu-Ba) de la conscience intrinsèque cessent d'eux-mêmes. Dans un premier temps, en réalisant l'essence propre des apparitions spontanées, la réalisation du sens véritable se développe. Dans un deuxième temps, les illusions sont dissipées et la perfection de sagesse primordiale se développe. C'est le développement de la base elle-même en tant que résultat de l'illumination. Cela s'appelle la ré-illumination ou auto-libération par la réalisation de l'essence, la bouddhéité primordiale. A voir dissous les apparitions spontanées dans la pureté primordiale et être devenu illuminé en la base avant tout, s'appelle également « Le Seigneur de la bonté universelle », le bouddha primordial.


Apparition de l'illusion ('Khrul-Tshul)

A travers l'aspect de non réalisation de l'essence des « apparitions de la base » elle-même, telle qu'elle est, on se trouve distrait par les illusions. Quand les phénomènes surgissent en tant qu'apparitions de la base, surgit la connaissance qui est l'énergie de la compassion apparue naturellement dans la nature de clarté et de conscience, avec la capacité d'analyser les objets. A cet instant, du fait de ne pas se réaliser, l'essence se retrouve associée avec trois ignorances (Ma-Rig-Pa) : La première est la non-reconnaissance du savoir apparu comme étant pureté primordiale, et est l'ignorance d'un moi unique, la cause (rGyu nDag-Nyid gChig-Pa). La deuxième provient du surgissement simultané du savoir et de l'ignorance de l'essence intrinsèque (Rig-pa et Ma-Rig-pa), c'est-à-dire observer les apparitions spontanément accomplies sans savoir qu'elles sont dépourvues d'existence propre. Enfin la troisième est l'analyse des apparitions nées spontanément comme autres, dualité sujet-objet, qui est l'ignorance des imaginaires (Kun-Tu brTags-Pa). Ces trois ignorances n'en font qu'une en essence.