page précédente page suivante me contacter


entrée



PROCÉDÉS À BASE DE GAZ CARBONIQUE




caisson à CO 2 agrandir la photo

Beaucoup d'entreprises de dépigeonnage tuent les pigeons capturés au moyen du gaz carbonique CO2. Elles prétendent que ce procédé ne fait pas souffrir les oiseaux. Une d'elle me disait : on endort les pauvres oiseaux, ils ne sentent rien, c'est tout juste si je n'allais pas sortir mon mouchoir....


Ces entreprises, en fait font ce qu'elles veulent, sans contrôle en apparence des services vétérinaires, par ce qu'il n'existe aucune réglementation française portant sur cette activité.

Voulant en savoir plus je cherchais sur internet des informations sur le sujet quand je tombai sur ce texte :




Voulant vérifiant cette déclaration j'explorais le web en langue anglaise et effectivement la mise à mort par CO2 d'après une grande majorité d'experts ferait souffrir les oiseaux.

Plus bas vous trouverez une traduction du rapport 2000 de l'American Veterinary Medical Association (dont le sujet concerne toutes les méthodes d'euthanasie existantes). C'est une traduction de la partie traitant de toutes les méthodes à base de gaz où vous vous apercevrez que certains gaz peuvent ne pas faire souffrir les animaux. Ce rapport date un peu car ses conclusions sur le CO2 sont contredites par les travaux récents actuels, ses conclusions : Le gaz carbonique est recommandé pour certaines espèces (voir les tableaux 1 et 2 du rapport) - sur ces tableaux les oiseaux sont mentionnés.

Pour prendre connaissance des recherches récentes vous devrez lire avec attention ma traduction du rapport complet de l'utilisation de l'anhydride carbonique (CO2) pour l'euthanasie des animaux de laboratoire du Bureau of Animal Welfare, DPI Victoria (Australie Melbourne) qui passe en revue la littérature scientifique courante sur l'utilisation de l'anhydride carbonique (mélanges purs et divers) pour l'euthanasie des animaux de laboratoire. Dans ce texte on apprend que :

- l'utilisation du CO2 pour tuer les volailles est interdite dans les abattoirs Britanniques depuis 1995

- le CCAC (Canadian Council for Animal Care) reconnaît que ni l'induction lente et ni l'induction rapide par anhydride carbonique est sans stress (HSUS 2002)

- il existe un consensus ultra majoritaire dans les travaux publiés (y compris par conférences) sur les animaux pour montrer une évidence de l'agressivité bien que le gaz carbonique soit encore préconisé par beaucoup d'institutions dans le monde
C'est la vue à laquelle est arrivée aussi l'European Food Standards Authority’s Scientific Panel on Animal Health and Welfare ainsi que l'UK’s Farm Animal Welfare Council.

- Le National Consultative Committee for Animal (Australien) a passé en revue les méthodes d'euthanasie de volaille en 2005. Ce rapport reconnaît qu'il y a une contradiction croissante entre les plus récents travaux scientifiques et quelques recommandations internationales (NCCAW 2005)


Le rapport termine sur ces conclusions :
L'évidence de la souffrance et des réactions animales à l'agressivité associées à l'utilisation de l'anhydride carbonique comme agent anesthésique ou comme agent exclusif pour l'euthanasie des animaux de laboratoire est considérée comme acquise par un certain nombre de revues scientifiques récentes et indépendantes.
Il est recommandé que l'anhydride carbonique soit couplé à un pré-anesthésique inhalant non toxique, comme l'isoflurane, le halothane ou le methoxyflurane si utilisé pour l'euthanasie.


En Europe le comité scientifique sur la santé et le bien-être animal de l'autorité européenne de sécurité des aliments a rendu un avis en juin 2004 sur toutes les techniques d'étourdissement et d'abattage pratiquées sur les principales espèces d'animaux utilisés dans le commerce en considération de la directive 93/119/CEE.
Il conclut :
Les recherches suggèrent que les atmosphères contrôlées contenant des concentrations de plus de 30 % de CO2 sont aversives et peuvent causer de la douleur et une détresse respiratoire avant la perte de connaissance.

Mais ce rapport date un peu. Car l'autorité européenne de sécurité des aliments a rendu un autre avis récent du 14/11/2005 qui porte sur les aspects biologiques et de bien-être des animaux utilisés dans la recherche scientifique dans la perspective d'une révision de la directive 86/609/CEE.

Et là les choses changent le gaz carbonique devenant inacceptable pour tous les vertébrés :

Le CO2 est aversif à tous les vertébrés, utilisés dans la recherche, qui ont été examinés. Quelques espèces ont même de l'aversion pour de basses concentrations (10-20 % par volume en air), indépendamment de toutes additions. On ne peut pas le recommander comme méthode unique de mise à mort humanitaire pour toutes les espèces. Le CO2 peut être employé comme méthode d'euthanasie secondaire sur les animaux sans connaissance.

L'anhydride carbonique n'en devrait pas être employé comme agent exclusif dans les procédés d'euthanasie à moins que l'animal n'ait été d'abord rendu sans connaissance

Il serait inadéquat de placer un animal entièrement conscient dans un environnement gazeux connu comme nocif et dont il ne pourrait pas s'échapper

De nouvelles méthodes de mise à mort humanitaire des animaux qui utilisent des mélanges de gaz autres que ceux contenant du CO2 doivent être développées de façon urgente.


Dans le rapport, le tableau n° 4 page 37 indique :

Les méthodes suivantes ne doivent pas être employées pour mettre à mort les oiseaux
....... décompression (caisson à vide) .......... anhydride carbonique (CO2)

Table 4 - Characteristics of methods for euthanasia of birds

« The following methods are not to be used for killing birds: neck crushing, decompression, exsanguination, carbon dioxide, nitrous oxide, diethyl ether, chloroform, cyclopropane, hydrogen cyanide gas, trichlorethylene, methoxyflurane, chloral hydrate, strychnine, nicotine, magnesium sulphate, ketamine and neuromuscular blocking agents »







Pour finir vous trouverez ci-dessous une revue de la législation française et européenne (floues) ainsi que les recommandations de l'Office international des épizooties O.I.E portant sur les méthodes d'euthanasie et d'étourdissement au moyen du gaz.


Le rapport 2000 de l'American Veterinary Medical Association
Dayna Johnson, Kate Blaszak: Bureau of Animal Welfare, DPI Victoria (Australie Melbourne) Carbon Dioxide Use for Euthanasia of Laboratory Animals
Opinion of the Scientific Panel on Animal Health and Welfare on a request from the Commission related to welfare aspects of the main systems of stunning and killing the main commercial species of animals
Opinion of the Scientific Panel on Animal Health and Welfare on a request from the Commission related to “Aspects of the biology and welfare of animals used for experimental and other scientific purposes”

EFSA-Q-2004-105
Adopted by the AHAW Panel on 14 November 2005




LEGISLATION FRANCAISE ET EUROPEENNE



On va passer en revue les textes qui mentionnent les procédés à base de gaz.




I - Animaux élevés ou détenus pour la production de viandes, de peaux, de fourrures ou d'autres produits et procédures de mise à mort des animaux en cas de lutte contre les maladies contagieuses

En France c'est l'arrêté du 12 décembre 1997 relatif aux procédés d'immobilisation, d'étourdissement et de mise à mort des animaux et aux conditions de protection animale dans les abattoirs qui définie les méthodes autorisées à base de gaz.

On y apprend qu'on peut utiliser pour étourdir les porcs du CO2 d'une concentration minimale de 70 %, le texte n'exige pas une durée précise d'exposition ("ils doivent être exposés à celui-ci pendant une durée assez longue pour qu'ils restent inconscients jusqu'à leur mise à mort")

Pour mettre à mort les animaux (aucune espèce spécifiée) on peut utiliser une "atmosphère gazeuse appropriée" sans précision


Quant aux animaux à fourrure on peut utiliser pour la mise à mort des mustélidés et des chinchillas (aucun pourcentage de concentration ni durée d'exposition n'est exigé si ce n'est ces exigences générales : le gaz doit d'abord provoquer une profonde anesthésie générale et, enfin, entraîner la mort à coup sûr et Les animaux doivent rester dans le puits jusqu'à ce qu'ils soient morts) :

- le monoxyde de carbone
- dioxyde de carbone (CO2) concentration : Les animaux ne soient introduits dans le puits que lorsque l'atmosphère présente la plus forte concentration possible en dioxyde de carbone fournie par une source de dioxyde de carbone à 100 %
- chloroforme (uniquement les chinchillas)


Pour la mise à mort des poussins et des embryons refusés dans les couvoirs on peut utiliser le dioxyde de carbone avec une concentration maximum (100 % ?) :
Les animaux doivent être placés dans une atmosphère présentant la plus forte concentration de dioxyde de carbone possible fournie par une source de dioxyde de carbone à 100 % ;


Les procédés utilisés dans les abattoirs doivent être agréés par une commission consultative de vérification de conformité des matériels (article R 214-76 du code rural)



II - Animaux de compagnie

La convention européenne pour la protection des animaux de compagnie indique dans son article 11 que les méthodes d'asphyxie sont interdites sauf si le gaz utilisé induit une anesthésie générale profonde avant de provoquer la mort et qu'il ne provoque aucune souffrance (Tout sacrifice doit se faire avec le minimum de souffrances physiques et morales).





La France a adapté (copié) sa législation sur les conventions ou les directives européennes.

Par exemple la Directive du Conseil 93/119/EC du 22 décembre 1993 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort qui fixe des normes minimales où il n'existe aucune différence entre la réglementation française et la directive européenne.




l'Office international des épizooties O.I.E. publie des lignes directrices pour l'abattage des animaux sensées prendre en compte le bien-être animal




voir plus bas

étourdissement au gaz :

- Étourdissement des porcs au CO2 :
Il préconise une concentration de 90 % (pas inférieure à 80 %) et un temps d'exposition de 3 minutes

- Mélanges de gaz inertes pour les porcs :
Il conseille d'éviter les fortes concentrations de CO2 qui sont agressives et peuvent entraîner une détresse chez les animaux. C'est pourquoi l'utilisation de mélanges gazeux non agressifs est en cours d’étude. Ces études portent sur les mélanges suivants :

- un maximum de 2 % V/V d’oxygène dans de l’argon, de l’azote ou d’autres gaz inertes, ou
- jusqu’à un maximum de 30 % V/V de dioxyde de carbone et un maximum de 2 % V/V d’oxygène dans les mélanges avec du dioxyde de carbone et de l’argon, de l’azote ou d’autres gaz inertes.

- Étourdissement des volailles au gaz :

il préconise les mélanges suivants :
  • un minimum de 2 minutes d’exposition à 40 % de dioxyde de carbone, 30 % d’oxygène et 30 % d’azote, puis minimum d’une minute d’exposition à 80 % de dioxyde de carbone dans l’air, ou


  • un minimum de 2 minutes d’exposition à tout mélange d’argon, d’azote ou d’autres gaz inertes avec de l’air atmosphérique et du dioxyde de carbone, sous réserve que la concentration de dioxyde de carbone ne dépasse pas 30 % V/V et que la concentration d’oxygène résiduel ne dépasse pas 2 % V/V, ou


  • un minimum de 2 minutes d’exposition à l’argon, l’azote ou d’autres gaz inertes ou tout mélange de ces gaz avec de l’air atmosphérique, avec un maximum de 2 % d’oxygène résiduel V/V, ou


  • un minimum de 2 minutes d’exposition à au moins 55 % de dioxyde de carbone dans l’air.





_______________________







Mise à mort par un mélange CO2 / air

L’inhalation de dioxyde de carbone (CO2) induit une acidose respiratoire et métabolique et réduit par conséquent le pH du liquide céphalo-rachidien (LCR) et des neurones, entraînant une perte de conscience et la mort après une exposition prolongée.


Pour les mises à mort par container ou caisson les animaux préconisés sont : les volailles ainsi que pour les ovins, les caprins et les porcs nouveau-nés, Pour le gazage en poulailler les volailles.
Comme inconvénients sont cités une agressivité des fortes concentrations de CO2, une perte de conscience non immédiate et un risque de suffocation si les animaux sont trop nombreux (pour le caisson uniquement)





Mise à mort par mélanges d’azote ou de gaz inerte avec du CO2

Le CO2 peut être mélangé en proportions diverses avec de l’azote ou un gaz inerte comme l’argon. L’inhalation de tels mélanges entraîne une hypoxie par hypercapnie et la mort lorsque la concentration d’oxygène est inférieure à 2 % (V/V). Avec cette méthode, il faut introduire les animaux dans un conteneur ou un appareil contenant ces gaz.

Ces mélanges n’entraînent pas de perte de conscience immédiate, de sorte que l’agressivité de certains mélanges gazeux contenant des concentrations élevées de CO2 et la détresse respiratoire qui s’ensuit pendant la phase d’induction posent de graves problèmes de protection animale.

Chez les porcs et les volailles, les faibles concentrations de CO2 ne s’avèrent pas très agressives. Aussi peut-on employer des mélanges d’azote ou d’argon contenant moins de 30 % V/V de CO2 et moins de 2 % (V/V) de O2 pour la mise à mort des volailles et des ovins, caprins ou porcs nouveau-nés.


animaux : volailles, ovins, caprins et porcs nouveau-nés.

avantages et inconvénients :
Les faibles concentrations de CO2 sont peu agressives et, associées à l’azote ou à un gaz inerte, elles induisent une perte de conscience rapide.
La perte de conscience n’est pas immédiate et les temps d’exposition requis pour la mise à mort sont considérables.





Mise à mort par mélanges Azote et/ou gaz inertes

Cette méthode consiste à introduire les animaux dans un conteneur ou un appareil contenant de l’azote ou un gaz inerte tel que l’argon. L’atmosphère contrôlée produite conduit à la perte de conscience et à la mort par hypoxie.

Les recherches ont montré que l’hypoxie n’est pas une phase agressive pour les porcs et les volailles et qu’elle n’induit pas de détresse respiratoire avant la perte de conscience.


animaux : volailles, ovins, caprins et porcs nouveau-nés.

avantages et inconvénients :
Les animaux sont incapables de détecter l’azote ou les gaz inertes, et l’induction d’une hypoxie par cette méthode ne constitue pas une phase agressive.

La perte de conscience n’est pas immédiate et les temps d’exposition requis pour la mise à mort sont considérables.

Extraits du Code sanitaire pour les animaux terrestres - 2005
Office international des épizooties O.I.E.

ANNEXE 3.7.5. - LIGNES DIRECTRICES POUR L'ABATTAGE D'ANIMAUX À DES FINS DE CONSOMMATION HUMAINE



Article 3.7.5.7.

Méthodes d’étourdissement

----------------------

4 - Étourdissement au gaz

a. Étourdissement des porcs par exposition au dioxyde de carbone (CO2)

La concentration de CO2 à utiliser pour l'étourdissement doit en principe être de 90 % V/V mais en aucun cas inférieure à 80 %. Après leur pénétration dans la chambre d'étourdissement, les animaux doivent être convoyés jusqu’au point où la concentration gazeuse est maximale et y être maintenus jusqu'à ce qu'ils soient morts ou plongés dans un état d'inconscience persistant jusqu'à la mort par saignée. Dans les conditions idéales, les porcs doivent être exposés à cette concentration de CO2 pendant 3 minutes.

Quoi qu'il en soit, la concentration gazeuse doit être de nature à réduire autant que possible tout stress avant la perte de conscience.

La chambre d’exposition au CO2 et le matériel de convoyage doivent être conçus, fabriqués et entretenus de manière à éviter toute blessure ou tout stress inutile aux animaux. La densité des animaux dans la chambre doit être telle que les animaux ne risquent pas de s’entasser les uns sur les autres.

Le convoyeur et la chambre doivent être correctement éclairés pour que les animaux puissent voir autour d’eux et si possible se voir les uns les autres.

Il faut prévoir la possibilité d’inspecter la chambre à CO2 en cours d'utilisation et d'accéder aux animaux en cas d'urgence.

La chambre sera pourvue d’un dispositif de mesure et d’affichage continu de la concentration de CO2 au point d'étourdissement et du temps d'exposition. Un signal d'alerte clairement visible et audible devra signaler toute chute de la concentration de CO2 en dessous de la limite requise.


b. Mélanges de gaz inertes pour l’étourdissement des porcs (à l'étude)

L’inhalation de fortes concentrations de dioxyde de carbone est agressive et peut entraîner une détresse chez les animaux. C'est pourquoi l'utilisation de mélanges gazeux non agressifs est en cours d’étude.

Ces mélanges gazeux comprennent :

- un maximum de 2 % V/V d’oxygène dans de l’argon, de l’azote ou d’autres gaz inertes, ou

- jusqu’à un maximum de 30 % V/V de dioxyde de carbone et un maximum de 2 % V/V d’oxygène dans les mélanges avec du dioxyde de carbone et de l’argon, de l’azote ou d’autres gaz inertes.

Les temps d'exposition aux mélanges gazeux doivent être suffisants pour assurer que les porcs ne reprennent pas conscience avant la mort induite par saignée ou arrêt cardiaque.


c. Étourdissement des volailles au gaz

L’objectif principal de l'étourdissement au gaz est d'éviter la douleur et les souffrances liées à l'entravement des volailles conscientes dans les systèmes d'étourdissements et de mise à mort à bain d'eau. Aussi, l'étourdissement au gaz doit-il être limité aux oiseaux contenus dans des caisses ou placés sur des convoyeurs. Le mélange gazeux doit être non agressif pour les volailles.

L'étourdissement au gaz de volailles dans les conteneurs de transport évite de manipuler les oiseaux vivants à l'abattoir et supprime tous les problèmes liés à l'étourdissement électrique. L'étourdissement au gaz de volailles sur un convoyeur élimine aussi les problèmes liés à l'étourdissement électrique par bain d'eau.

Les volailles vivantes seront amenées dans les mélanges gazeux dans les caisses de transport ou sur des convoyeurs à bande.

Les mélanges gazeux utilisés pour l'étourdissement des volailles comprennent :
  • un minimum de 2 minutes d’exposition à 40 % de dioxyde de carbone, 30 % d’oxygène et 30 % d’azote, puis minimum d’une minute d’exposition à 80 % de dioxyde de carbone dans l’air, ou


  • un minimum de 2 minutes d’exposition à tout mélange d’argon, d’azote ou d’autres gaz inertes avec de l’air atmosphérique et du dioxyde de carbone, sous réserve que la concentration de dioxyde de carbone ne dépasse pas 30 % V/V et que la concentration d’oxygène résiduel ne dépasse pas 2 % V/V, ou


  • un minimum de 2 minutes d’exposition à l’argon, l’azote ou d’autres gaz inertes ou tout mélange de ces gaz avec de l’air atmosphérique, avec un maximum de 2 % d’oxygène résiduel V/V, ou


  • un minimum de 2 minutes d’exposition à au moins 55 % de dioxyde de carbone dans l’air.
Les conditions d’efficacité sont les suivantes :
  • les gaz comprimés doivent être vaporisés avant d’être injectés dans la chambre ;


  • en aucun cas, on ne fera passer dans la chambre des gaz solides se trouvant à leur température de congélation ;


  • les mélanges gazeux doivent être humidifiés ;


  • les concentrations gazeuses présentes au niveau des oiseaux à l'intérieur de la chambre doivent être affichées et surveillées en permanence.
En aucun cas, il ne faut laisser reprendre conscience à des oiseaux qui ont été exposés à des mélanges gazeux. La durée d'exposition doit si nécessaire être prolongée.


Article 3.7.5.8.

Récapitulatif des méthodes d’étourdissement acceptables et problèmes de bien-être animal associés


Tableau 2. Méthodes d'étourdissement acceptables

Méthode Méthode spécifique Préoccupations de bien-être animal Impératifs majeurs de bien-être animal Espèces Commentaires
-------- -------- -------- -------- -------- --------
Gazeuse Mélange CO2/air/O2

Mélange CO2/gaz inerte
Agressivité des fortes concentrations de CO2, détresse respiratoire, exposition insuffisante Concentration, durée d’exposition, conception, entretien et fonctionnement du matériel, gestion de la densité des animaux Porcs et volailles Les méthodes gazeuses risquent de ne pas convenir à l’abattage halal
  Gaz inertes Reprise de conscience Concentration; durée d’exposition, conception, entretien et fonctionnement du matériel, gestion de la densité des animaux Porcs et volailles Les méthodes gazeuses risquent de ne pas convenir à l’abattage halal




haut de la page
RSS 2.0



url : http://cousin.pascal1.free.fr/gaz.html