page précédente page suivante me contacter


entrée








NICHOIRS COLLECTIFS ARTIFICIELS


Rien ne peut se transformer ; rien ne naît de rien ; tout a toujours existé ; ce qui n’est rien ne peut devenir quelque chose ; et, comme rien ne peut devenir autre chose, il n’y a guère que l’être et l’éternel ; donc nos sens sont voués à l’illusion
Parménide





INTRODUCTION



Éthologie

Cet oiseau des villes a l’instinct grégaire. Il vit en communauté. Ces communautés ou colonies sont formées de 50 à 200 individus. Le pigeon de roche se reproduit de préférence en groupe dans des nichoirs collectifs qui sont la source d'au moins 70 % des naissances d'une ville. Lieux typiques : à l'intersection des tabliers des ponts (routiers, chemins de fer, fluviaux) et des piles de soutien, églises, monuments historiques en ruine, bâtiments abandonnés ouverts, trous dans les greniers, etc. Il faut impérativement boucher ou interdire l'accès à ces lieux (une technique bien plus efficace que les captures euthanasies).

Le pigeon biset peut se reproduire pratiquement toute l'année avec tout de même une brève période de repos sexuel se déroulant vers le solstice d'hiver. Un couple peut donner naissance chaque année jusqu'à 20 nouveaux pigeons (de 12 à 20) qui peuvent engendrer à l'âge de 6 mois. On estime que seulement 1/3 des pigeons peuvent se reproduire en raison d'un manque de lieux adaptés pour nidifier, la mortalité juvénile pouvant en cas de surpopulation être élevée. Il faut intervenir sur les nichoirs collectifs dès qu'ils se forment pour éviter les problèmes de prolifération (et non attendre comme tout le monde le fait que la situation pourrisse). Il convient aussi d'installer des nichoirs collectifs artificiels pour contrôler les effectifs par stérilisation des oeufs.


Pigeonniers ou nichoirs collectifs ?


Pour contrôler la reproduction des pigeons il faut leur offrir un lieu et une construction adaptée pour qu'ils puissent y nicher.

Deux types de constructions.

Pigeonniers à la française :
Les nids sont situés à l'intérieur d'un bâtiment, souvent en bois, et les pigeons peuvent communiquer, manger, boire et voler dedans, comme les pigeonniers traditionnels. Ils peuvent être à même le sol, édifiés sur les toits comme aux Pays-Bas, voire même on peut utiliser un ancien bâtiment comme le transformateur de Nilvange.

Nichoirs collectifs artificiels à l'anglaise :
À la différence de ceux français les pigeons ne peuvent pas communiquer, manger, boire et voler dedans. Le dispositif est conçu pour réunir un certain nombre de nichoirs individuels (l'ouverture de chaque nichoir donne sur l'extérieur). Les nichoirs ont deux ouvertures : une permanente à l'extérieur pour qu'un couple de pigeons entre et sorte du nid et une autre qui donne à l'intérieur et qui reste fermée. L'intérieur non accessible aux pigeons sert au nettoyage des nids, on y entre par une trappe et on peut stériliser les oeufs et nettoyer les nids en ouvrant la partie fermée du nichoir qui est numéroté. Ce dispositif est le meilleur car il demande moins d'heures de travail et est parfaitement adapté à ma méthode qui interdit de donner de la nourriture aux pigeons dans les pigeonniers ou nichoirs. La difficulté avec ce type de nichoir c'est d'y attirer les pigeons puisque qu'on ne peut en enfermer à l'intérieur, au début, pour imprégner les oiseaux. Il faudra donc installer ces nichoirs collectifs artificiels près des nichoirs naturels neutralisés (après ou au moment des travaux) et donner si nécessaire des graines par terre au début pour appâter (voir : le pigeonnier à la française : construction et entretien ) .


Stratégie en 7 points : précisions


Je tiens à vous préciser sur la stratégie en sept points pour contrôler les populations de pigeons quelques points par un exemple concret.

J'habite en xxxx et à 7 km de mon domicile une colonie de 200 pigeons de roche stationnent en permanence sur le toit d'un ancien moulin à grain fonctionnant par une roue à eau, moulin maintenant transformé en restaurant et cave à vin. Celui-ci est donc au bord de l'eau sur la rivière du xxxx à xxxx, une ville charmante avec son parc au bord de l'eau et ses canards et pigeons ! Le problème c'est que le propriétaire du moulin voudrait bien que les 200 pigeons aillent stationner ailleurs. C'est pourquoi il a installé un effaroucheur acoustique sur son toit pour les faire fuir, en vain.
Les pigeons nidifient au-dessus de l'eau à l'intersection du tablier du pont et des piles enjambant le xxxx, près du centre-ville. On dénombre une dizaine de nids de chaque côté, soit compte tenu de leur fertilité possible de 12 à 20 nouveaux pigeons chaque année, en comptant les jeunes qui peuvent s'accoupler et donner eux aussi naissance à de nouveaux pigeonneaux à condition qu'ils trouvent un endroit pour nidifier, une grande capacité de production de nouveaux pigeons (plus de 200 par an). Ces pigeons ne sont jamais au sol en ville et ne quémandent pas à manger. Je les ai observés dans les champs pour se nourrir en été et au printemps, dans un élevage à ciel ouvert de lapins où ils peuvent voler de quoi manger, mais ils doivent aussi profiter de la nourriture donnée aux canards au bord de l'eau. J'en ai vu aussi survoler les silos à grain où à l'époque des vendanges beaucoup de grains de blé tombent par terre. D'autre part il est possible que de temps en temps des particuliers leur donnent à manger, surtout l'hiver.
Voilà pour le tableau. Maintenant que faire pour que la population de cette colonie décroisse et non augmente. Première constatation la nourriture en quantité limitée empêche le dépassement de 200 pigeons qui semble un nombre stable et donc entraîne une forte mortalité précoce ou un exode des jeunes moins forts.

Ma méthode :

On va faire des travaux sur le pont pour empêcher les pigeons de nidifier. Pendant le chantier on installera dans le parc au bord du xxxx un nichoir collectif artificiel d'une capacité de 15 nids, nichoirs où l'on ne nourrit pas les pigeons. On en profitera pour y déplacer les nids avec leurs pigeonneaux éventuels qu'on trouvera sous le pont. La suite est facile à prévoir puisque qu'on contrôlera maintenant la reproduction des oiseaux. On peut espérer par ce moyen réduire le nombre de pigeons d'environ 50 %. Pas plus car un pigeon peut vivre longtemps (jusqu'à 30 ans) et comme sa durée de vie en liberté dépend de la nourriture disponible et des captures ou empoisonnements, si la quantité de nourriture disponible reste inchangée les pigeons en moindre nombre vivront plus vieux. Sans parler de la minorité qui nidifiera ailleurs, un peu partout. On peut espérer que sur 15 ans le nombre diminue encore pour atteindre moins de 50 individus.

La méthode mise en œuvre actuellement en France dans ce cas simple :

On va installer dans le parc un pigeonnier de forte capacité théorique. On va capturer quelques dizaines de pigeons près du moulin qu'on va enfermer dans le pigeonnier pendant un mois. Passé ce délai les pigeons seront libérés pour attirer leur congénère du bord de l'eau. Aucun travail ne sera effectué sur le pont. Bilan au bout de 2 ans : le nombre de pigeons n'aura pas diminué mais augmenté. En effet les pigeons nichant sous le pont auront continué à donner naissance à leurs couvées habituelles avec certainement une forte mortalité juvénile due à un manque de nourriture mais une partie des jeunes aura dû aussi trouver refuge dans le pigeonnier, pourvu en graines. Comme d'autre part on est obligé d'accepter au minimum une naissance par couple et par an dans le pigeonnier pour fidéliser les colombes, au bout de 2 ans un couple installé dans le pigeonnier donnera naissance à un autre couple. Il est difficile de prévoir de combien le nombre de pigeons va augmenter avec ce dispositif car tout dépendra de la quantité de graines distribuées à l'intérieur du pigeonnier ! Mais imaginons des graines en quantité, à discrétion, et un pigeonnier bien ordonné de plus de 100 couples … Question subsidiaire, au bout de 5 ans, à combien de têtes vous estimez que le moulin sera envahi ? Je dirais 400 au moins … Et oui, on a augmenté la quantité de nourriture disponible et le nombre de lieux de nidification.

On pourrait penser, toujours dans le cadre de cet exemple, que les travaux sur le pont suffisent et qu'il est inutile d'installer en plus un nichoir artificiel, puisque les oiseaux ne peuvent plus se reproduire en groupe. En fait quand les nichoirs naturels seront neutralisés et donc inaccessibles, les pigeons vont rester autour du pont, continuer à stationner sur le moulin car ils y sont nés. Ils vont même se disperser dans toute la ville de xxxx pour essayer de nidifier, ayant ainsi un comportement contraire à leur habitude de vie en colonie. Et certains en petit nombre y arriveront qui par des hangars, qui par des balcons, qui par des rebords de bâtiment. Et il est évident qu'ils continueront à donner naissance à un nombre de pigeons supérieur à celui généré par le nichoir artificiel. Il faut avoir à l'esprit que de toute façon une petite partie des pigeons se reproduit toujours en couple solitaire même quand un nichoir collectif naturel est formé.

Il y a aussi l'hypothèse qu'on effectue les travaux sur le pont puis qu'on fasse une campagne de capture euthanasie. Bon, contrairement à ce qu'on pourrait penser, il est impossible de capturer tous les 200 pigeons du moulin même si on installe des cages pièges toute l'année. Une partie ne se fait jamais capturer en raison d'une plus grande méfiance, intelligence et aussi de sources de nourritures sûres et régulières. Pour xxxx, vu que les pigeons sont farouches et méfiants, on peut espérer en capturer disons 120. Il va en rester 80 qui continueront à nidifier difficilement dans la ville et comme la population globale de pigeons a diminué, la mortalité juvénile va diminuer et l'espérance de vie augmenter car ils auront plus de nourriture disponible. Vu la longévité des pigeons de roche (plus de 30 ans en captivité) les effectifs vont rebondir rapidement. Il existe aussi la possibilité de faire une campagne d'extermination sans travaux sur le pont. Mais là en moins d'un an nous aurons la population reconstituée à 200, voire plus car selon plusieurs études universitaires faites à l'étranger les destructions régulières de pigeons augmentent le nombre de pigeons. C'est à dire qu'on aurait moins de pigeons sans aucune capture.

Maintenant, c'est sûr, c'est un cas simple et les choses se compliquent dans une grande agglomération. C'est pourquoi l'étude préalable scientifique et écologique est primordiale.
 



LES PHOTOS ET PLANS






Angleterre - Walsall : Parc public (PICAS)





Angleterre - l'hôpital de ville de Nottingham





Nichoirs collectifs artificiels - Plan 1
cliquez pour agrandir





Nichoirs collectifs artificiels - Plan 2
cliquez pour agrandir





Nichoirs collectifs artificiels - Plan 3


 



haut de la page
Twitter



url : http://cousin.pascal1.free.fr/pigeonnier.html