Patagioenas araucana
ou Pigeon du Chili


 


Taille : 34 à 35 cm
Poids :

Identification :
Chez le mâle adulte, le front, le capuchon et la nuque sont vineux-fauve foncé avec un étroit demi-collier blanc qui sépare les plumes de parade vert-bronze irisé du reste de la nuque. Le manteau est vineux-fauve foncé se fondant dans le châtain plus rougeâtre des scapulaires. Les tertiaires et l'intérieur des couvertures alaires sont brun cendré. Les grandes couvertures sont liserées de gris pâle. L'extérieur des couvertures alaires est plus pâle avec de nettes bordures gris pâle. Les rémiges sont gris noirâtre avec les primaires externes finement bordées de blanc. Le dos et le croupion affichent une teinte bleu-gris, alors que les sus-caudales sont gris-cendre clair. La queue est divisée en 3 segments : gris bleuâtre à la base, noir au milieu formant une barre centrale, et gris-cendre pâle dans le tiers terminal. Le menton et la gorge sont rouge rosâtre pâle, s'intégrant dans le vineux-fauve foncé des parties inférieures. Le ventre et les flancs sont plus ou moins infiltrés de gris alors que les sous-caudales deviennent plus uniformément gris bleuâtre. Le dessous de la queue est gris pâle avec une bande centrale noire à peine visible. Les iris sont orange, entourés par un très fin anneau extérieur jaune ou rosâtre. La peau nue orbitale forme une tache violette peu développée. Le bec est noir. Les pieds et les tarses sont rouge-corail. Chez la femelle, le plumage est généralement plus terne et plus brun. Le manteau et les scapulaires ont une légère nuance rouge violacé. Le vineux-fauve du dessous n'a pas de reflets éclatants. Les juvéniles sont plus ternes. Les zones vineux-fauve sont remplacées par du gris-brun vineux. Les plumes de parades sont très limitées, le demi-collier paraît gris au lieu de blanc. Les couvertures alaires, le croupion et la queue affichent une couleur bleu-gris.

Chant :
Une brève série de 5 à 6 notes douces peut être délivrée de façon répétitive et à des intervalles très réduits. On peut entendre 2 types de notes : des "hoooooom.m.m......hooooom.m.m......hooooon.m.m." ou des "ca..hoooom.m.m.........ca..hooooom.m.m.......ce..hoooooom.m.m.". Pendant la période nuptiale ou à proximité du nid, on peut entendre des séries de notes calmes. Au cours du vol de parade, un "rrrrrrrrrraaap", assez semblable à celui du pigeon à queue barrée (Columba fasciata) mais en plus haut et en plus long est alors produit.

Habitat :
Le pigeon du Chili est une espèce arboricole, son habitat privilégié est constitué par les forêts de hêtres qui recouvrent le centre et le sud du Chili et les régions adjacentes de l'Argentine. Néanmoins, au centre du Chili dans la région de Santiago, on le trouve également dans des espaces qui mêlent arbustes et broussailles et qui ressemblent un peu à nos garrigues méditerranéennes. Le pigeon du Chili apprécie particulièrement les zones forestières où poussent les faux hêtres (Nothofagus dembeyi) et les araucarias du Chili (Araucaria araucana). A l'intérieur de celles-ci, il privilégie encore les massifs de bambous qui constituent des sites idéaux pour nicher. Cet oiseau pénètre également dans les terres agricoles cultivées et dans les espaces semi-ouverts.

Distribution :
Comme leur nom l'indique bien, ces pigeons vivent au Chili, mais pas seulement. Ils résident aussi en Argentine, dans la partie occidentale qui est adjacente. Au Chili, ces oiseaux nichent du centre du pays (région de Santiago) jusqu'à la région des fjords au sud. Pendant l'hiver austral, les populations du sud remontent vers le nord. Les pigeons du Chili sont plutôt des oiseaux des régions basses, vivant du niveau de la mer jusqu'à 1000 m d'altitude.

Comportements :
Le pigeon du Chili est partiellement migrateur. En réponse au mauvais temps de l'hiver austral, les populations méridionales se déplacent vers le nord jusqu'à Santiago et occasionnellement jusqu'à Antefagusta. Pendant la saison de nidification, il vit en solitaire ou en petits groupes familiaux, mais le reste de l'année, il forme de plus grands rassemblements, surtout quand il se déplace pour chercher sa nourriture. Celle-ci est cueillie majoritairement dans les arbres. Toutefois, au fur et à mesure que ses effectifs augmentent, cet oiseau fréquente de plus en plus souvent les terres agricoles et les milieux semi-ouverts. Pendant la période nuptiale, le mâle lance ses cris à partir d'un perchoir bien exposé qu'il a l'habitude de fréquenter au sommet d'un grand arbre. Il se penche en avant et il gonfle sa poitrine pour en faire sortir des sons relativement explosifs. Quand il a fini ses vocalises, il change de perchoir pour émettre un autre cri. Les vols de parade sont horizontaux et constitués d'une série de demi-cercles, ils durent plus longtemps que ceux du pigeon à queue barrée. Certains sont accompagnés de cris. Le pigeon accomplit aussi une sorte de parade de salutation au cours de laquelle le mâle se tapit devant sa partenaire, les plumes du cou gonflées et la queue baissée tout en produisant un roucoulement. Pendant ce rituel, la femelle reste perchée avec une posture bien rectiligne.

Nidification :
La saison de nidification s'étale de décembre à mars et occasionnellement en mai. Cette espèce niche souvent en larges colonies éparses dans les zones boisées, particulièrement si les massifs de bambous sont présents. Le nid est une plate-forme construite avec des brindilles qui sont réparties de façon assez lâche. Il est placé dans un arbre, un arbuste ou un bouquet de bambous. Un seul œuf blanc et lisse est pondu. La période d'incubation et la durée de séjour au nid sont identiques à celles du pigeon à queue barrée (Columba fasciata), c'est-à-dire 18 à 20 jours. On ne possède aucun renseignement sur le soin parental.

Régime :
Le pigeon du Chili est une espèce presque entièrement végétarienne. Il apprécie plus particulièrement les fruits de l'araucaria du Chili qui est connu en Europe sous le nom vernaculaire de "désespoir des singes", mais il consomme également une grande variété d'autres fruits et de baies. Cet oiseau est surtout arboricole, il ne descend à terre que très rarement pour se nourrir.

Protection / Menaces :
Jusqu'à une période très récente, le pigeon du Chili était considéré comme une espèce gravement menacée. A la suite de la maladie de Newcastle ou pseudo-peste aviaire qui est une maladie infectieuse aiguë, virulente, très contagieuse qui affecte les oiseaux domestiques ou sauvages, la population était réduite à un nombre d'individus très succinct en 1954. De nos jours, les effectifs semblent avoir retrouvé leur lustre d'antan et les populations semblent être aussi abondantes qu'autrefois dans les mêmes lieux. Dans certaines régions, ils se sont même tellement accrus que l'espèce peut être classée comme très commune.

Catégorie actuelle UICN pour la Liste Rouge : Préoccupation mineure